vendredi 8 janvier 2010

Fuir son rêve ou sa réalité???


Fuir, se sauver, s'enfuir...prendre la course et aller loin parfois à cause d'un danger ou simplement une peur réelle ou juste imaginée.
Il y a des personnes qui fuient les espaces clos, l'obscurité, les hauteurs... au point de devenir une phobie maladive qui peut parfois être traitée et que les psychologues cherchent les origines au fond fond de l'inconscient ou dans des souvenirs d'enfances.

Mais, peut on fuir notre réalité?

Une réalité qui nous étouffe,une réalité qui nous mène, nous emmène et nous malmène.
Cette réalité qui nous conduit, nous accompagne et nous commande.
Cette réalité qui nous berce et qui nous maltraite, qui nous fait parfois rire et surtout pleurer.
Cette réalité qu'on vois obscure, étouffante, emmerdante...

Et on cherche la fuite.

Le rêve est une fuite, un échappatoire.
Le rêve est une seconde chance, une vie à coté de la vie.
Le rêve est un monde vaste qu'on dessine avec les couleurs qu'on aime et qu'on choisit.
Le rêve nous permet de sourire quand on est les plus tristes, nous permet d'avancer et de casser tous les murs à la recherche d'une lumière au fond d'un tunnel.

Mais le rêve aussi peut nous étouffer quand il veut s'approcher de la réalité, quand on aime tout réaliser.
Le rêve bien que basé sur nos illusions peut être lui même source de mal, quand on y croix, on s'y attache et quand on ne veux pas, ou on ne peut pas s'en débarrasser.

Alors on doit fuir la fuite, fuir nos rêves, ou juste les arrêter. Retourner vers la réalité, elle est là, plus claire à tous les yeux.
Il faut peut être apprendre à ne pas rêver, ou ne pas chercher à les réaliser, mais peut on ne pas espérer? qu'un jour peut être le rêve devienne réalité?



Comment faire?
Fuir nos rêves ou fuir la réalité?
Pour aller vers des absurdités?
Un monde sans limites et sans moralités?
Tourner dans un cercle vicieux en attendant une fin accélérée?
Ou fuir encore et encore vers d'autres horizons.

Moi je reprend mon premier amour, mon crayon et mon bout de papier, je trace parfois des mots qui n'ont aucun sens, des mots qui se suivent, qui me fuient, pour noircir cette page et en demander encore et encore sans pouvoir s'arrêter. Dessiner un mélange flou de mes rêves et de ma réalité et des scènes qui n'ont jamais et ne pourront jamais exister.

D'autres prennent leur pinceaux, et toujours un bout de papier, pour dessiner avec des couleurs ce qui les envahissait, une joie ou une peine, et les couleurs les prennent, pour chercher une liberté et tout extérioriser.

Alors on ne peut jamais remercier nos papiers, qui nous permettent de s'évader, de nos rêves ainsi que de notre réalité. Avec des couleurs ou simplement avec du noir, mais enfin une partie de nous est sur ce papier, et on donne chaque jour naissance à un nouveau né ,qui n'est pas toujours si parfait, mais à nos yeux il l'est, car c'est notre bébé.

7 commentaires:

  1. Ta dernière phrase m'a fait revenir d'il y a quelques années à la maternité entrain de contempler mon bébé dans mes bras. "Dis moi qu'il est beau maman, tu le trouves beau aussi ?" Oui ma fille mais tu sais il l'est beaucoup plus aux yeux de sa maman" ! Voilà ce que ma maman m'avait dit un 19 juillet.... !

    PS : je te jure "illusions" que je viens de mettre le point d'exclamation quand mon fils dont je parle m'appelle et me dit qu'il va passer alors que c'est rare qu'il vient à midi !!! Bizarre
    Bakhta

    RépondreSupprimer
  2. @ Bakhta
    Bonne réunion familiale et surement un bon plat préparé par la chère maman.
    C'est la télépathie des mamans chère amie!!!!

    RépondreSupprimer
  3. Je n'avais pas fait grand chose, un plat des plus simple que je n'ai pas fait il y a des années, "lablébi" (avec du thon et un oeuf, attention comme chez "Hanifa"), que je n'aimais pas beaucoup quand j'étais enfant, avec ce froid et cette neige il n'y a que ce plat qui va me réchauffer !

    Au fait, ne fuyons rien car ça nous poursuivra mais affrontons le jusqu'à arriver à l'épuiser. Du moins essayons !
    Bakhta

    RépondreSupprimer
  4. MMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMEEEEEEEEEEERRRRRRRRRRRRCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII

    RépondreSupprimer
  5. MMMMMMMMMMMMMEEEEEERRRCIIIIIIIII

    RépondreSupprimer
  6. @ anonyme, pas de quoiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, mais je ne comprends pas pourquoi...

    RépondreSupprimer