dimanche 14 août 2011

Colère, haine, dégout...



Certains actes auxquels on ne s’attendait pas poussent à la colère… Une sensation amère qu’on ne peut pas maitriser, qu’on ne peut pas atténuer… Une envie de hurler, de casser, de faire mal pour apaiser ce flux émotionnel qui dépasse toute sagesse, une rage qui risque de rendre malade… Ceux qui ont d’habitude le sang dit anglais, calmes et qui ne font que positiver, quand la colère les prend, c’est extrême et aucune réaction ne peut être atténuée…

Certaines colères non extériorisées, se retournent envers la personne elle-même… Se prendre pour responsable des actes qui ont causés ce débordement de colère… C’est le résultat du fait de donner confiance aux gens qui ne l’ont jamais mérité… Croire leurs mensonges répétés… Les mettre hors tout soupçon et les idéaliser… Se chercher tous les défauts du monde pour les innocenter… Et cette colère se transforme en haine…


La haine, un sentiment plus fort que celui de détester… La haine, c’est l’amour intense mais de l’autre coté de la courbe des sentiments… C’est une déviation à cent quatre vingt degrés… Haïr, c’est se sentir irriter d’une présence, vouloir la voir disparaitre à jamais, la supprimer et lui ôter même le droit de vivre… Haïr, c’est assassiner et effacer de toute l’existence…

Haïr n’est pas un acte qu’on perçoit, ou un mot qu’on prononce, ou une réaction instantanée liée à la colère, c’est non percevable, intouchable, mais d’une force inimaginable, d’une intensité incalculable… C’est une sensation forte, un sentiment incrusté qui nie tout autre sentiment qui a pu un jour exister…


Une haine qui ne peut être extériorisée se transforme en dégout… Un gout amer et un arrière gout dégoutant… Un dégout qui s’empare de tout l’être et donne envi de vomir… Vomir une personne de son intérieur, effacer toute trace de son existence ou même de son passage par une vie… Vomir sa bassesse, vomir ses mensonges, vomir son hypocrisie… Vomir sa capacité de jouer la comédie, vomir sa recherche non recherchée de ce qu’elle valait…

Quand tous les masques s’estompent et ne reste que la vérité, le trio indissociable apparait, une colère qui engendre une haine et qui ne laisse qu’une sensation de dégout… Une seule solution apparait, claquer la porte sur la colère, laissant derrière, tout ce qui a été vomi et garder cette haine et ce dégout envers tout ce qui a été laissé derrière la porte fermée à jamais, envers la personne qui l’a engendré, et ne plus avoir la tentation de voir ce qui reste derrière…

Sortir vers un air pur, aux senteurs de vraies fleurs, lever la tête et avancer jusqu’à ce que cette personne soit effacée définitivement grâce à l’ampleur de la haine et la colère qu’elle a causées et savoir savourer la vie sans dégout ni même un arrière gout…

12 commentaires:

  1. Très bien dit illusions... bravo, il faut claquer la porte et aller vers un monde meilleur,sortir vers un air pur et avancer....

    Alhallège

    RépondreSupprimer
  2. Pour arriver à claquer la porte et aller vers un monde meilleur il fallait passer par toute la colère, toute la haine et tout le dégout... c'est voir de la lumière au bout d'une marche qui n'aurait pas du exister... Se confronter au mensonge, à l'hypocrisie, à la bassesse dans son état pur causent beaucoup de maux et de dégout et ça aide à claquer définitivement la porte...

    RépondreSupprimer
  3. Absolument, il faut savoir quand quiter la table sans ragret. Bravo illusions.

    Wallada

    RépondreSupprimer
  4. Tu sais, à un certain moment, on se sent fatigué de toute cette haine et cette colère, et un jour, je t'assure qu'il ne restera rien de tous ça, à l'exception des séquelles de ce volcan destructif .. un souvenir dont on arrive à peine à se rappeler, car sans le savoir on grandit et ce qui nous a semblé grave, intense, .. nous semblera enfin, petit et sans importance :)

    RépondreSupprimer
  5. @ Wallada
    Le seul regret est d'y avoir assister(à cette table) et ne pas la quitter avant même de commencer...
    Bienvenue chère Wallada

    RépondreSupprimer
  6. Je me demande bien ce qui a pu arriver pour que tu écrives une note pareille parlant de colère et de tout le mal que ça peut engendrer.
    Quitter la table ou claquer la porte ne serait-il pas une sorte de fuite ? et si jamais cette personne réapparait? et si un jour elle ressurgit de nulle part quelles conséquences ça pourrait avoir ? je crois bien que la colère donnera la haine puis le dégout mais tout ça persiste et il vaut mieux essayer de faire la paix avec soi même et de laisser aller toutes ces choses car ça ne vaut pas vraiment la peine. Ca viendra avec le temps.

    RépondreSupprimer
  7. @ Nawras
    Le temps est capable d'atténuer la colère, la haine et même le dégout... Avec l'age tout peut sembler sans importance, mais avec l'age aussi, la mémoire peut perdre ses performances mais on devient beaucoup plus sensible, et les maux sont plus douloureux...

    RépondreSupprimer
  8. @ Lilia
    Il n'y a pas obligatoirement une cause personnelle pour écrire une telle note, mais la colère, la haine et le dégout sont des sensations qui peuvent arriver à tout le monde face à une grande déception.

    Claquer la porte ou quitter la table n'est pas une fuite, c'est plutôt une prise de position, et on dit dans un proverbe tunisien qu'on ne lèche jamais ce qu'on a vomi, alors même si cette personne ressurgit de nulle par, elle ne sera jamais vue ou considérée comme elle l'était, et pour savoir faire la paix avec soi même il fallait ne plus ré-ouvrir la porte qu'on a fermée... ça nécessite une grande force à causes de quelques souvenirs qui hantent, mais ça viendra avec le temps...

    RépondreSupprimer
  9. La haine... Je ne souhaite vraiment à personne de la ressentir un jour. C'est bien plus qu'une simple colère passagère, c'est encré en nous, comme si on ne pouvais jamais s'en débarrasser.
    C'est vrai que vu de l’extérieur ça doit paraître simple ! Il y a juste à plus y penser !
    Je pense sincèrement que c'est le sentiment le plus fort et le plus destructeur qu'il puisse exister.
    On peut s'en relever, certes, mais à quel prix ? On en ressort complètement détruit, méconnaissable par soi même et par ses proches. Les autres sentiments sont tellement faible ! On ne ressent quasiment plus rien... Comme une coquille vide. Lessivé de tout, même de la vie, allant jusqu'à se demander la nécessiter de vivre.

    RépondreSupprimer
  10. Merci pour ce texte si juste et qui me touche tant , j'espère avancer sur mon chemin , maintenant que j'ai enfin su ressentir, reconnaître et m'avouer ce ressenti de colère après avoir tant excusé, tenté de justifier, où j'ai tant cherché à innocenter... ET j'espère me relever de la haine et du dégoût qui pointent allègrement leurs nez...Et avoir la force de ne plus ouvrir à nouveau cette porte ... à cause des souvenirs qui me hantent... laisser faire le temps... mais diantre que le temps est long !

    RépondreSupprimer
  11. Comment faire pour se débarrasser de la haine quand on est déçu et quand on a envie de vomir??

    RépondreSupprimer
  12. je n'arrive pas à haïr celui qui me fait tant de mal. J'aimerais tant pouvoir transformer ma peine en haine, que la douleur et mes larmes sèchent car lui se délecte s'amuse se nourrit de ma peine et joue avec moi en me prenant ce qui m'est le plus cher à savoir mes enfants. Ce manipulateur a su par ses belles paroles les amadouer, les ramener vers lui et me laisser seule sans aucune autre alternative que ma peine et ma douleur à vivre à survivre à tenter d'atténuer pour pouvoir avancer. Je dois lui dissimuler car à chaque fois qu'il s'en rends compte il jubile. Je le vois dans son regard et dans ce cas il est tellement content que je souffre deux fois plus de ma faiblesse. J'aimerais tant transformer ma peine et mes larmes en haine afin de ne plus lui donner le plaisir de la victoire ....

    RépondreSupprimer