mardi 8 décembre 2009

Oublier mon mal

Quand le mal est si fort, quand les mots m’échappent et ne peuvent plus apaiser mes douleurs.

Quand je te déteste, je me déteste et je déteste tout autour de moi.

Quand le rêve intensifie mes peines et quand la folie ne peut plus supporter la réalité si cruelle.

Quand j’ai peur de moi, de toi et de tous mes rêves et mes folies.

Quand je me cache,je me mens,et je te mens même toi.

Quand je me sens faible, impuissante et incapable de me sortir de mes illusions.

Quand j’ai mal, je me fais mal et tu y assistes sans vraiment le vouloir.

Quand je veux oublier, me surpasser et je n’arrive pas.

Quand tu me hantes, m’envahis sans pouvoir me passer de toi.

Quand tes mots, tes paroles et ta voix me suivent là où je vais même dans mon profond sommeil.

Je me demande que pourrais-je faire ? Oublier, continuer à me mentir ou à te mentir ?

Continuer à me surpasser, à me cacher ou à me faire encore mal ?

J’en peux plus et c’est plus fort que moi.

Alors j’arrête mes rêves et j’arrête toutes mes belles folies.

Je m’éloigne je m’éclipse en attendant l’oublie.

Est-ce facile ? Est ce possible ?

Mais comment faire ?

Chercher d’autres rêves ou d’autres folies ?

Me faire encore mal pour surpasser ton mal ?

Oooooh ma raison, ma tête revient, tu dois fonctionner encore plus.

Étouffer mon cœur et tous mes sentiments.

Aides moi à oublier, à t’oublier avant que je ne me trouve dans un asile pour les aliénés.

Oublier ton nom, ta voix et tes rêves que je vis avec toi sans y toucher.

J’en peux plus, j’ai mal, je ne dors plus et je ne vis plus. Avec un sourire figé et un cœur sanglant.

Mes larmes me suivent et je ne peux ni les tenir ni leur donner aucune raison.

Je vais trouver un verre, une fumé ou peut être une poudre blanche qui me fera tout oublier.

J’ai besoin d’un mal plus fort que le tien pour pouvoir sombrer et à jamais.

Je maudis mon cœur qui a un jour oser rêver.

Même le rêve devient une faveur qui n'est pas permise à tout les humains.

Un cœur fragile n'a jamais le droit de rêver car même le rêve peut encore le fragiliser ou même le tuer et à jamais.

Alors, tais toi mon cœur tu n'as pas le droit même d'oser y penser.

9 commentaires:

  1. My compliment for your blog and pictures included,I encourage you to photoblog

    CLICK PHOTOSPHERA

    Even week another photo album

    Greetings from Italy,

    Marlow

    RépondreSupprimer
  2. Un très beau texte que j'ai lu vraimment avec beaucoup de plaisirs !
    Quant à moi je ne rêve plus, mon coeur s'est tu à jamais... !!!
    Bakhta

    RépondreSupprimer
  3. J'insiste vraimmmmmmment, sourire
    Bakhta

    RépondreSupprimer
  4. @ illusions
    Fais confiance au temps.
    Ne retiens pas tes larmes elles te soulageront !
    Pas de marche arrière mais des prochaines ficelles à dépasser avec précision !
    Pas facile mais tu peux arriver à renverser les situations en ta faveur et à chaque instant !
    Fais confiance au temps !
    Bakhta

    RépondreSupprimer
  5. une mauvaise manipulation et j'ai supprimé mon propre comment.
    merci pour le conseil Bakhta. L'essentiel que tu as lu.

    RépondreSupprimer
  6. le revoilà récupéré.

    Tu as bien de la chance chère Bakhta. tu me donneras ta recette pour le faire taire ou même le tuer?
    Moi même je l'ai cru muet à jamais, mais quand il s'est éveillé, comme un aveugle il s'est lancé, sans voir ni comprendre ni raisonner. IL a cru que ses rêves et ses folies lui suffisaient, mais c'est de la peine et des larmes il a trouvé. Une ficelle fine il a dépassé et une marche arrière il lui est difficile de mener.
    Alors il me faut un mal plus fort que le mien pour pouvoir oublier.

    RépondreSupprimer
  7. @ illusions
    Pourquoi oublier ? Il faut peut être essayer de composer avec, de L'apprivoiser jusqu'à ce qu'il perde raison (de t'avoir poursuivie) et s'anéantisse à jamais !
    PS: le "L" prend tous les noms que tu veux lui donner...
    Bakhta

    RépondreSupprimer
  8. "J’en peux plus, j’ai mal, je ne dors plus et je ne vis plus. Avec un sourire figé et un cœur sanglant.

    Mes larmes me suivent et je ne peux ni les tenir ni leur donner aucune raison."

    ça résume très bien ce que je ressens, et ce que je ressentirais toujours, à moins que je réussisse à sauver mon âme pendant qu'il est encore temps.
    mais sinon ton texte est MAGNIFIQUE !!!

    RépondreSupprimer
  9. @ Roxie
    ça passera ma chère, ces sensations arrivent et disparaissent.Les ames sensibles ont si vite mal sous un masque de forte et on a besoin d'extérioriser ce mal et mon blog est ma plus belle bouffée d'oxygène.

    RépondreSupprimer