lundi 12 octobre 2009

Entre le soleil et la lune



Un beau matin, avec un ciel dégagé, la lune et le soleil se rencontraient.
La lune qui a, toute la nuit, veillé sur deux cœurs amoureux et deux corps enlacés, refusait de partir.
Le soleil, avec toute son ardeur, voulait prendre sa place pour arrêter le rêve et appeler à la réalité.

Pas loin un homme qui a veillé, sous les draps de la lune et entre les bras de sa bien aimée, arrêta sa voiture pour mémoriser ce débat entre la lune et le soleil.

La lune qui n'a pas réalisé que les heures ont passé, l'ivresse de la nuit la laissa clouée, ronde, belle, souriante ... refusa de croire que la nuit est terminée avec la lueur de la journée, et le soleil qui sortait pour tout arrêter.

Elle cria fort dans l'espoir de le persuader, de ses arguments que notre homme connaissait.


- Oh cher soleil ! N’est ce pas encore tôt pour commencer la journée ? J’ai veillé sur eux quand ils tenaient les mains pour te voir partir derrière l'horizon. Sur ta dernière lueur ils ont échangé leur premier baiser. J'ai entendu leurs cœurs quand tu étais pressé. J’ai entendu les mots qu'ils se disaient sans parler. J'ai vu leurs yeux qui brillaient dans l'obscurité. J'ai enveloppé leurs corps qui se dévoilaient. J'ai encore allumé l'amour qui les brulait. J'ai éteint les étoiles, coupé les lumières, fermé les portes pour juste les illuminer. Leurs parfums et leurs sueurs se mélangeaient, avec des bougies qui n'ont pas pu résister. J’aurai espéré que cette ivresse continue jusqu'à l'éternité.

- Ma petite lune, regarde le attristé, dans sa voiture coincé pendant que les autres passaient. Ta présence le fait rêver, entre l'envie de prendre la route ou retourner la retrouver. Ta présence lui donne à penser, que la journée n'a pas commencé. C’est de ma lumière que tu a pu veiller et c'est ma chaleur qui les a ensorcelé. Mais je suis là, je suis la réalité. Le rêve c'est juste pour pouvoir continuer. Pour pouvoir espérer que je vais bientôt m'éclipser. Mes rayons chauffent et éveillent, rappellent tous les amoureux à la raison, à leur vie et à leurs obligations.

- Grand soleil, tu es mon maitre, sans toi je ne pourrai plus illuminer les nuits des amoureux, accorder l’inspiration aux poètes, accompagner la traversée des voyageurs ... mais laisse-moi encore quelques heures, laissez les encore profiter de leur séjour, loin de tous les lieux, contempler encore une fois ton lever entre la mer et ces oliviers.

- Ne t'en fait pas, ils reviendront un jour, pour nous admirer, car c'est ici que j'ai perçu notre cher Cupidon avec sa flèche, qui jetait son sort avec un grand bouquet de fleurs. C'est entre cette mer et ces oliviers qu'ils ont découvert leur amour, qu'ils se sont promis d'être unis pour toujours. Alors à chaque fois qu'ils le pourront, ils seront là pour fêter la naissance de leur nouvelle vie.

Le soleil prend sa place et la lune disparait, tout le monde s'éveille tout autour, et notre homme reprend le volant avec une musique qu'elle a choisi pour lui. Sur des centaines de kilomètres il a revu sa vie avec un sourire qui se dessinait sur ses lèvres et de temps à autre il respirait son parfum qui lui collait encore et qui lui rappelle ses courbes et ses câlins. Puis la vie reprend son train train, mais la lune bien qu'on ne la voit plus sous les rayons du soleil elle est bien là à veiller sur les rêves et les espoirs.

La vie a une multitude de facettes, et à chaque moment son charme. Qu'on soit proche ou lointain, ni la lune ni le soleil ne peut effacer un sentiment qui s'est gravé à jamais dans nos cœurs.

4 commentaires:

  1. je suis sous le charme de ce texte !!!!
    moi, qui suis une adoratrice de la nuit, source de toute inspiration, je m'y retrouve !!
    et ce dialogue, si bien ficelé!
    tout simplement bravo illusions, et bonne continuation.

    RépondreSupprimer
  2. Merci Roxie, j'avais une bonne inspiration.
    Moi aussi je me découvre quand les mots m'emportent et pleins de sentiments avec.

    RépondreSupprimer
  3. Je suis tout ému de tout ce que tu venais d'écrire.
    Je lis, je relis ... je rêve ... je m'identifie.

    Merci mon Amie pour ce beau texte

    RépondreSupprimer
  4. merci Téméraire
    Je me sens toute rouge de confusion.

    RépondreSupprimer