samedi 19 septembre 2015

Les gens qui passent


Il y a des personnes qui viennent, qui partent, qui passent, qui disparaissent, comme ça, le long de nos vies. Des personnes qui surgissent de nulle part, sans vraiment les connaitre…

Des personnes qui passent, comme le passage d’une brise d’été, qui rafraîchit pour un moment avant de partir à jamais, comme un oiseau qui survole une falaise en fin de journée, comme les photos dessinant des sourires figées collées à un album de souvenirs usé, Comme une ombre qui nous suit en une journée d’hivers ensoleillée, des passages qui nous mènent vers l’illusion d’un rêve ou d’une évasion.

Ces personnes passent pour un moment, un moment qui ne dure que quelques heures, quelques jours ou quelques mois, et ça peut parfois durer des années.

Ces personnes nous écoutent sans nous infliger leurs conseils, sans faire des jugements et sans dicter les sensations qu’on devait avoir ou les gestes qu’on devait faire… C’est ce qu’on avait besoin, ce qu’on attendait. Dans un moment où tout va mal, où on se sent seul, désorienté, désemparé, incompris, on veut juste qu’on nous écoute sans pour autant nous imposer la solution miracle à tous nos problèmes. Et ces personnes qui ne font que passer sont là…

Le temps de ce passage, on est face à une présence, on la sent si imposante mais si légère que parfois on croit qu’on a tout simplement rêvé.

Une présence illusoire mais illusionniste qui a beaucoup d’impact sur nos vies.

 Une présence qui absorbe nos pensées parfois coloriées en rose et souvent arrosées de douleurs qu’on ne fait que refouler.

Une présence qui influe nos humeurs et dessine souvent un sourire sur un visage imbibé de larmes qui sillonnent en silence sur des joues fatiguées par les années.

Puis un jour ils partent, on ne les reverra surement plus jamais. On se convint, que c’est la volonté du destin ou l’œuvre d’une certaine divinité.

Un destin qui approche les gens puis les éloigne, et on essaye d’être compréhensif, de croire qu’on n’y peut rien…

Mais les jours passent et même les années, et ce vide se creuse, devient plus pesant et on aime bien reprendre les jours en mains, les faire revenir pour un moment, juste pour poser quelques questions : est-on encore vivant pour eux comme ils le sont pour nous? Passe-t-on par leurs pensées même pour un instant ?


Et ce ne sont que des questionnements… sans réponses….

12 commentaires:

  1. Bon retour illusions après une longue absence, vous nous faites plaisir avec cette belle note de nostalgie poétique.
    Zied

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La vie est pleine de moments qui passent et qui reviennent parfois

      Supprimer
  2. j'ai aussi souffert de cette absence après avoir été convaincu que ma complicité et mon amitié (avec pratiquement toutes les personnes que j'ai connu) allait être à vie. j'ai fini par comprendre, aussi douloureusement que ce soit, que toute chose arrive à une fin. ces personnes étaient supposés entrer dans ma vie pour un jour un mois ou quelques années, on vit le meilleur et le pire ensemble et un jour ils passent à autre chose. (ça se pourrait que ça soit nous mais faudra qu'on se rende compte). impossible de les retenir. impossible de retenir le temps et tout ce qui reste c'est les souvenirs. c'est une fin inévitable qui va permettre à d'autre choses de commencer.
    A un certain moment, je me posais aussi des questions sur le pourquoi, sur ma place et mon importance pour eux, ça me rendait en colère puis triste.. mais j'ai accepté que c'est simplement la vie, que ces personnes malgré leur absence restent vivants a jamais dans notre mémoire et dans nos cœurs, et qu'il faut profiter de chaque instant, et de chaque moment avec les gens qu'on aime et qu'on apprécie car seul cet instant nous appartient. tout le reste n'est que souvenir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien dit Lilia, mais n’empêche que ce vide que laissent ces gens qui passent par nos vie puis disparaissent est parfois dur à supporter.

      Supprimer
  3. Tel est le destin des personnes qui se sentent piégées dans une cage et ne peuvent plus échapper ou il est trop tard pour changer de vie et suivre l'appel du cœur que celui de la raison .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On cherche toujours des raisons que le cœur n'arrive pas toujours à admettre...

      Supprimer
    2. Et cela nous affecte et devenons mélancoliques , le sommeil nous fuit rêvant à une belle rencontre meme si elle est virtuelle...

      Supprimer
    3. Rêver est toujours meilleur que de se faire des illusions...

      Supprimer
  4. ...et ils laissent leurs empreintes à jamais ...et ils viveront en nous...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'y a-t-il pas moyen de les voir.... les toucher.... les entendre.... une dernière fois?

      Supprimer